Contactez nous

LA VOIX DU NORD du 27/02/2021 : "Petite histoire en gros caractères"

Bonjour 

PETITE HISTOIRE EN GROS CARACTÈRES. Son invention ? Grégory Descheemaeker la doit à son père. Celui-ci est atteint de la DMLA (maladie de la rétine). Pour ce lecteur de journaux, la perte progressive de sa vue a entraîné celle de son autonomie. Son fils l'a d'abord équipé de loupes électroniques. Avec le désavantage qu'elles ne permettent pas d'annoter un texte ou de compléter une grille de sudoku, quand on a la préhension affaiblie par l'âge. Alors il s'est orienté vers les liseuses électroniques, plus fiables en technologie mais encombrantes. Entre les deux ? Aucune option... à moins d'en inventer une. C'est ce qu'a fait celui qui est, de profession, habitué à dénicher toutes sortes de produits en Chine pour ses clients. Après une dizaine de prototypes conçus à la zone de l'Union, il vient de commercialiser sa liseuse électronique (on vous en reparle prochainement). Les inventions les plus utiles prennent souvent leur naissance dans des histoires personnelles. F.M. 

LA VOIX DU NORD du 01/03/2021 : "Tourcoing: TheiaScope innove avec une liseuse électronique à l’allure d’une lampe de bureau" par Florence Moreau


Avec sa société Saprodi, Grégory Descheemaeker a créé Theiascope, une liseuse électronique à l’allure d’une lampe de bureau qui permet aux déficients visuels de retrouver une autonomie et un plaisir de lecture.

C’est parce que la vue de son père (atteint de DMLA) baissait, que Grégory Descheemaeker s’est intéressé aux liseuses. « C’est quelqu’un qui adore lire, passer du temps sur le journal, ses comptes… et la maladie engendrait une grosse perte d’autonomie », explique-t-il. Le Tourquennois regarde d’abord du côté des loupes électroniques. Mais relève un problème de confort : « Il faut la déplacer manuellement donc la lecture tremble et le champ de vision est limité. » Il envisage ensuite un télé-agrandisseur. Mais s’il est parfait en termes de technologie, il présente un problème de mobilité cette fois : « Il ne permet pas les annotations et c’est un appareil volumineux, lourd qu’on ne peut pas emmener en vacances » avec des options d’utilisation qui le rendent compliqué à l’usage pour les seniors. « Sans compter que c’est un objet stigmatisant qui se voit comme un lit médicalisé dans le salon. »

Peu enclin à investir dans un produit qui coûte entre 3 000 et 5 000 €, celui qui dirige une société d’import-export se met en quête du produit idéal. « Je fais du sourcing ; autrement dit, je vais dénicher en Chine des produits dont mes clients ont besoin. » Il en revient avec des loupes, des lunettes-loupes, des caméras à brancher sur ordi…

« J’ai vraiment tout exploré et fait tester à mon père, mais il y avait toujours des défauts d’utilisation. » Grégory Descheemaeker décide alors de créer son propre produit, sans améliorer ce qui existait déjà sur le marché, mais en repartant de zéro. Et en s’interrogeant sur les attentes de l’utilisateur : de quoi a-t-il besoin et de quoi n’a-t-il pas besoin ?

Deux ans plus tard, après une dizaine de prototypes, il crée TheiaScope. « Je suis partie sur l’idée d’une lampe de bureau, quelque chose qui soit intégrable à l’esthétique de la maison et non stigmatisant. » Il a ainsi retiré l’écran pour offrir plus de mobilité à un appareil qui est évolutif, puisqu’il se branche indifféremment, sans écran dédié. Il a également réduit les fonctions à leur minimum avec seulement trois boutons (allumage, autofocus, contraste).

Avec une fabrication à Tourcoing, dans son atelier de la zone de l’Union, l’auto-entrepreneur a réussi son pari en inventant un produit personnalisable, à mi-chemin entre le télé-agrandisseur et la liseuse.

Commercialisée depuis Noël, la liseuse électronique made in Saprodi est distribuée chez Tous Ergo (boutique à Tourcoing Ravennes-les-Francs) et sur le site TheiaScope. Son prix : 990 € (commande en ligne), 1 190 € (forfait livrée et installée). « C’est trois à quatre fois moins cher que ce qui existe sur le marché. »

LA VOIX DU NORD du 05/03/2021 : "Une liseuse à ne pas louper"

MOUVAUX newsletter du 13/03/2021 : "Un seul mot : Bravo !"

Bonjour 

L'essentiel de votre ville souhaite féliciter Grégory Descheemaeker, fils de Jean, que beaucoup de Mouvallois connaissent pour son engagement dans le monde associatif local, pour son invention très innovante.

C’est justement pour pallier les problèmes de vue de son papa que Grégory a inventé une liseuse révolutionnaire.

En effet, après avoir testé plusieurs machines déjà existantes et convenu que, décidément non, cela ne faisait pas l’affaire, Grégory s’est lancé dans la conception d’un prototype qu’il a testé puis amélioré.

Le challenge : créer une liseuse grossissant les textes, mais qui ne soit pas aussi encombrante dans un salon qu’un lit médicalisé et qui puisse même passer pour un objet anodin ne détonnant pas dans un salon.

Pari réussi avec Théiascope, cette liseuse électronique à l’allure d’une lampe de bureau et qui a permis à son papa Jean de retrouver une autonomie et un plaisir de lecture.

Grégory Descheemaeker a lancé sa fabrication à grande échelle dans son atelier de Tourcoing, afin de faire bénéficier de son invention au plus grand nombre, et à un prix abordable.

Vous pouvez vous la procurer à Tourcoing, dans la boutique de la zone Ravennes-les-Francs Tous Ergo, ou la commander en ligne sur le site TheiaScope.

Senior Mag avril/mai 2021 : MALVOYANCE - DMLA : Une solution innovante